Trois chercheurs se joignent à l’équipe internationale de l’Institut de la crédibilité

COMMUNIQUÉ – Montréal, le 26 novembre 2021 – Le président fondateur de l’Institut de la crédibilité, Stéphane Prud’homme, est fier d’annoncer l’ajout de trois membres à l’équipe internationale de recherche sur la communication d’affaires et les relations publiques. Pour en savoir plus sur l’équipe de l’Institut : https://credibilityinstitute.com/notre-equipe.

« Je souhaite la bienvenue à nos collègues. Ils et elles seront assurément d’une aide inestimable pour la poursuite de la mission de l’Institut de la crédibilité. Nous ajoutons des expertises telles que la confiance, la communication corpo et la gestion de crise avec des points de vue européens et asiatiques, non seulement sur la gestion des communications, mais surtout sur la mesure et le retour sur investissement. »
Stéphane Prud’homme

La mission de l’Institut de la crédibilité : Façonner l’avenir des RP

Depuis 2018, l’équipe de l’Institut se spécialise sur la recherche appliquée et la formation en entreprise, ici et à l’international. L’équipe qui apporte une expertise diversifiée travaille sur la gestion des actifs intangibles de communication, que sont l’image et la célébrité des leaders, le positionnement, la confiance, la crédibilité, la réputation et la responsabilité d’entreprise.

En voulant contribuer à l’avancement des connaissances en communication organisationnelle, l’équipe de l’Institut apporte des expertises sur la gestion des actifs intangibles de même que sur la mesure, l’évaluation et le retour sur investissement des relations publiques. La formation en entreprise au Québec et à l’international est une autre facette de la mission de l’équipe, qui travaille à développer un programme de formation des plus utiles pour les professionnel(le)s en communication.

À propos de l’Institut de la crédibilité

L’Institut de la crédibilité est la première et seule organisation dédiée à la crédibilité corporative au monde. L’équipe de l’Institut a développé une définition et une compréhension de la confiance, de la crédibilité, et de la réputation unique et entièrement inspirée par la recherche appliquée et documentée scientifiquement.

Animé par l’innovation de rupture, l’Institut offre une stratégie innovante aux entreprises pour construire et gérer leurs actifs intangibles, que sont l’image, la confiance, la crédibilité, la responsabilité d’entreprise et la réputation. L’Institut propose aussi des outils innovateurs de mesure et d’évaluation des communications et des relations publiques.

À travers le CredibilityLab™, AI+PR™ et Σvaluation361°™, l’Institut et son équipe de chercheurs-collaborateurs internationaux travaillent à intégrer l’intelligence artificielle à tous ses outils pour faciliter la gestion des actifs intangibles, la prise de décision en communication et la gestion de crise.

Women CEOs are more credible than men occupying the same role [Study]

May 2021 – Survey SOM and Credibility Institute | Press Release

Montréal, Canada. June 24, 2021 – A survey conducted at the end of May by polling house, SOM, across the province of Québec and commissioned by the Credibility Institute found that women CEOs are perceived to be more credible than men. The results of this study also shed light on the factors that help build stable credibility for managers, with a return on investment for their organization.

The top positions speak for themselves. The Top 5 most credible CEOs in Québec have four women and the Top 10 have six. The names of Christiane Germain, Danièle Henkel, Véronique Cloutier, Cora Tsouflidou, and Sophie Brochu are omnipresent in the results and these CEOs are perceived as being the most credible by the Québec population. Newly appointed CEO of BDC, Isabelle Hudon is also in the Top 10.

“It is very interesting to see that women CEOs are seen as more credible than men in a similar role. This is in fact a big and above all a happy change for the business community since for decades men have often been seen more credible in senior management positions. We will closely monitor this trend as well as the credibility factors to advise CEOs on strategic management of intangible assets such as corporate image, trust, credibility and reputation.”

Stéphane Prud’homme, CEO of the Credibility Institute

Survey Highlights: Credibility and Its Factors

The first edition of this study surveyed the Québec population on the perception of the credibility of CEOs and chairpersons in office. To the question: “How credible are each of these people in your eyes?” respondents perceived women as more credible than men in similar positions.

It is now recognized by the academic community that factors participate in consolidating the credibility of leaders and some were surveyed in this study. The factors that have contributed the most to determining the most credible CEOs are competence and legitimacy. Conversely, one of the factors that undermines the credibility of CEOs is the lack of proximity to the values of the general public, perhaps a form of perceived elitism. 

Another fact to note, notoriety is not a guarantee of credibility, with the exception of Véronique Cloutier, the most famous CEOs are not found in the top 5 of the most credible CEOs.

“Credibility is intangible to most people and it’s not easy to measure. This study on the perceived credibility of CEOs is a first in Québec and it will be interesting to measure its evolution in the mid and long term.”

Julie Fortin, Co-President of SOM

Survey methodology

This online survey was conducted from May 21 to 31, 2021 among 1,030 Québec adults, in French and English. The sample was drawn from the SOM Gold panel, which consists mainly of Internet users recruited randomly by landline and cell phone. The data have been weighted to best reflect the characteristics of the population by age, sex, mother tongue, education, household size, dwelling (owner / tenant) and region. The maximum margin of error for all respondents is 4.1%, 19 times out of 20.

About the Credibility Institute

The Credibility Institute is the first and only organization dedicated to corporate credibility in the world. The Institute’s team has developed a definition and understanding of trust, credibility, and reputation that is unique and entirely inspired by scientific literature. Driven by disruptive innovation, the Institute offers advice and an innovative strategy to businesses to build and manage their intangible assets, which are branding, corporate image, trust, credibility, corporate responsibility, and reputation; in a normal situation to contribute to the return on investment and in crisis management for a return to normal.

www.credibilityinstitute.com

About SOM

SOM is one of the largest polling houses in Québec, a 100% Québec firm. It specializes in marketing research, satisfaction studies, socioeconomic research as well as program evaluation. With nearly 300 employees in Montréal, Québec City and the regions, SOM provides the right information for managers to make the right decisions. 

www.som.ca

Les femmes PDG seraient plus crédibles que les hommes occupant la même position [Sondage]

Sondage SOM – Institut de la crédibilité

Communiqué – Montréal, le 23 juin 2021 – Un sondage réalisé à la fin du mois de mai dernier par SOM à travers la province et commandé par l’Institut de la crédibilité révèle que les femmes présidentes et directrices générales (PDG) seraient perçues comme étant plus crédibles que les hommes. Les résultats de cette étude nous éclairent aussi sur les facteurs qui contribuent à construire une crédibilité stable pour les gestionnaires, avec un retour sur investissement pour l’organisation dirigée. 

Les premières positions sont éloquentes : le top 5 des PDG du Québec les plus crédibles compte quatre femmes et le top 10 en compte six. Les noms de Christiane Germain, Danièle Henkel, Véronique Cloutier, Cora Tsouflidou, et Sophie Brochu sont omniprésents dans les résultats et ces PDG sont perçues comme étant les plus crédibles par la population québécoise. Nouvellement nommée PDG de la BDC, Isabelle Hudon se retrouve aussi dans le top 10. 

« Il est très intéressant de voir que les femmes PDG sont perçues plus crédibles que les hommes ayant un rôle semblable. C’est en fait un grand et surtout heureux changement pour le milieu des affaires puisque depuis des décennies les hommes ont souvent été perçus plus crédibles dans des postes de haute direction. 

Nous suivrons de près cette tendance de même que les facteurs de crédibilité afin de conseiller les PDG pour une gestion stratégique des actifs intangibles que sont l’image, la confiance, la crédibilité et la réputation. »

Stéphane Prud’homme, PDG de l’Institut de la crédibilité.

Les faits saillants du sondage : la crédibilité et ses facteurs

La première édition de cette étude a sondé la population québécoise sur la perception de la crédibilité de PDG et président(e)s de conseil d’administration en fonction. À la question : « Dans quelle mesure chacune de ces personnes est-elle crédible à vos yeux ? », les répondant(e)s ont perçu les femmes comme étant plus crédibles que les hommes dans des positions similaires. 

Il est maintenant reconnu par le milieu académique que des facteurs participent à consolider la crédibilité des leaders et certains ont été sondés dans cette étude. Les facteurs qui ont contribué le plus à déterminer les PDG les plus crédibles sont la compétence et la légitimité. À l’inverse, l’un des facteurs qui minent la crédibilité des PDG est le manque de proximité avec les valeurs du grand public, peut-être une forme d’élitisme perçue. 

Autre fait à noter, la notoriété n’est pas un gage de crédibilité : à l’exception de Véronique Cloutier, les PDG les plus connus ne se retrouvent pas dans le top 5 des PDG les plus crédibles.

« La crédibilité est intangible pour le commun des mortels et il n’est pas facile de la mesurer. Cette étude sur la crédibilité perçue des PDG est une première au Québec et il sera intéressant d’en mesurer l’évolution à moyen et à long terme. »

Julie Fortin, coprésidente de SOM.

Méthodologie du sondage

Ce sondage en ligne a été mené du 21 au 31 mai 2021 auprès de 1 030 adultes québécois, en français et anglais. L’échantillon a été tiré du panel Or de SOM, lequel est constitué essentiellement d’internautes recrutés de façon aléatoire par téléphone fixe et cellulaire. Les données ont été pondérées pour refléter au mieux les caractéristiques de la population selon l’âge, le sexe, la langue maternelle, la scolarité, la taille du ménage, le logement (propriétaire/locataire) et la région. La marge d’erreur maximale pour l’ensemble des répondants est de 4,1 %, 19 fois sur 20. 

À propos de l’Institut de la crédibilité

L’Institut de la crédibilité est la première et seule organisation dédiée à la crédibilité corporative au monde. L’équipe de l’Institut a développé une définition et une compréhension de la confiance, de la crédibilité, et de la réputation uniques et entièrement inspirées par la littérature scientifique. Animé par l’innovation de rupture, l’Institut offre du conseil et une stratégie innovante aux entreprises pour construire et gérer leurs actifs intangibles, que sont le branding, l’image, la confiance, la crédibilité, la responsabilité d’entreprise et la réputation ; en situation normale pour contribuer au retour sur investissement et en gestion de crise pour un retour à la normale. 

www.institutdelacredibilite.com

À propos de SOM

SOM est l’une des plus importantes maisons de sondage au Québec, une firme 100 % québécoise. Elle est spécialisée dans la recherche marketing, les études de satisfaction, la recherche socioéconomique ainsi que l’évaluation de programme. Avec près de 300 employés à Montréal, à Québec et en région, SOM fournit la bonne information pour que les dirigeant(e)s prennent les bonnes décisions. 

www.som.ca

Engaging Employees through Corporate Social Responsibility Programs: Aligning Corporate Social Responsibility and Employee Engagement [Study]

Insightful study written by our collaborator Paula Bernardino, MCM, SCMP, CSR-P, recently published in the Journal of Organizational Psychology.

Abstract

The message is clear: people want to work for organizations where they feel they are engaged and learning. Recently, the organization Benevity in Canada stated that “Today’s employees are expecting a greater sense of purpose in the workplace. In fact, 83% of Millennials say they would be more loyal to their employer when they feel they can make a difference on social and environmental issues at work.” Companies that engage in social and environmental stewardship also benefit from employees who are more aware and involved. 

Once the Corporate Social Responsibility (CSR) strategy and programs have been defined, how do you ensure your communications strategy, plan and actions are aligned and will help deliver the desired results to get employees interested and engaged? 

An online survey with 100 respondents in Canada demonstrated a clear shift from years ago where now current applicants research a company’s CSR information when applying to work there. And once working inside the organization, employees notice CSR initiatives and want to get involved.

Keywords:  corporate social responsibility, CSR, employee engagement, corporate reputation, purpose, values

Bernardino, Paula (2021). Engaging Employees Through Corporate Social Responsibility Programs: Aligning Corporate Social Responsibility and Employee Engagement. Journal of Organizational Psychology: Vol. 21, No. 1.

DOI: https://doi.org/10.33423/jop.v21i1.4029
Download: https://articlegateway.com/index.php/JOP/article/view/4029

Responsible CSR communications: Avoid “washing” your Corporate Social Responsibility (CSR) reports and messages [Study]

Insightful study written by our collaborator Paula Bernardino, MCM, SCMP, CSR-P, recently published in the Journal of Leadership, Accountability and Ethics.

Abstract

With the rise of Corporate Social Reporting (CSR) reporting, questions have emerged regarding its true utility; CSR reports may more closely resemble marketing materials than financial statements as much of the data companies provide can be cherry picked. For example in 2011, only 20% of S&P 500 companies published CSR reports vs 85% in 2017 and 90% in 2019. Cir

Why is this relevant for communicators? Because the responsibility of producing and promoting CSR reports very often falls under the responsibility of the corporate communications team. How to avoid “CSR- washing” and all the other “washing” incidents – green-washing, blue-washing, rainbow-washing, vegan-washing,…? How to focus on portraying the organization as a truly and authentic dedicated corporate citizen?

In-depth interviews with 15 senior communication practitioners in Canada helped identify what are “authentic” and “responsible” communications in the CSR space: using facts and testimonials, being transparent, showing authenticity as well as demonstrate the clear alignment with the organization’s purpose.

Keywords:  corporate social responsibility, CSR, greenwashing, authenticity, credibility, sustainability reporting, corporate reputation, corporate communications, stakeholder relationship, corporate citizenship, ESG, purpose

Bernardino, Paula (2021). Responsible CSR Communications: Avoid “Washing” Your Corporate Social Responsibility (CSR) Reports and Messages. Journal of Leadership, Accountability and Ethics: Vol. 18, No. 1.

DOI: https://doi.org/10.33423/jlae.v18i1.4007
Download: https://articlegateway.com/index.php/JLAE/article/view/4007

L’Institut de la crédibilité et Réputation & cie collaborent pour lancer un service sur demande pour les PME et OBNL du Québec

L’Institut de la crédibilité et Réputation & cie unissent leurs forces et offrent dès aujourd’hui un service sur demande aux PME et OBNL du Québec. La gestion de la réputation est de nos jours des plus importantes pour créer un dialogue avec les parties prenantes et générer un impact auprès des clientèles. Un nouveau rôle corporatif a récemment vu le jour en Amérique du Nord : le Chef / la Cheffe de la réputation ou Chief Reputation Officer (CRO) en anglais, que seules les grandes corporations peuvent se le permettre financièrement. L’Institut de la crédibilité et Réputation & cie souhaitent devenir le CRO des petites organisations. 

” Il y a une grande demande pour le conseil hautement stratégique en gestion de la réputation, en positionnement et en gestion des parties prenantes. L’Institut de la crédibilité travaillent avec plusieurs actifs intangibles –l’image, la confiance, la crédibilité, la responsabilité d’entreprise– et notre expertise est entièrement documentée scientifiquement. Alors que Réputation & cie est plus pratique et spécialisée en stratégie de la réputation, en gestion d’enjeux et en positionnement stratégique. L’union fait la force et nous souhaitons conseiller le plus grand nombre de petites entreprises à long terme, mais aussi à court terme durant la relance post-COVID ” clarifiait monsieur Stéphane Prud’homme, PDG Fondateur de l’Institut de la crédibilité

Tout le conseil tactique et stratégique, les outils et les méthodologies incluent dans ce service sur demande ont été élaborés à partir d’expérience professionnelle, d’études de cas, et de connaissances scientifiques internationalement reconnues. 

Pour en savoir davantage sur ce service sur demande, veuillez consulter le CROsurdemande.ca

À propos de l’Institut de la crédibilité

L’Institut de la crédibilité inc. est la première et seule organisation dédiée à la crédibilité corporative au monde. L’équipe de l’Institut a développé une définition et une compréhension de la confiance, de la crédibilité, et de la réputation unique et entièrement inspirée par la recherche appliquée et documentée scientifiquement. Animé par l’innovation de rupture, l’Institut offre une stratégie innovante aux entreprises pour construire et gérer leurs actifs intangibles, que sont l’image, la confiance, la crédibilité, la responsabilité d’entreprise et la réputation. L’ingénierie de la crédibilité ® est une méthode qui s’intègre aux stratégies de communication élaborées par les agences de relations publiques et propose une stratégie, des outils, et un tableau de bord en ligne. À travers le CredibilityLab ™, AI+PR ™ et Σvaluation361° ™, l’Institut et son équipe de chercheurs-collaborateurs internationaux travaillent à intégrer l’intelligence artificielle à tous ses outils pour faciliter la gestion des actifs intangibles, la prise de décision en communication et la gestion de crise. 

Institut de la crédibilité

Chers gestionnaires, il est déjà temps de planifier l’après-crise

L’auteur est Stéphane Prud’homme, président fondateur de l’Institut de la crédibilité et président de IABC Montréal.

Toutes les PME québécoises sont en mode survie depuis déjà deux semaines, mais une des responsabilités d’un/une gestionnaire est de planifier l’après-crise durant la crise. Une majorité d’entreprises ont mis sur pied une « SWAT Team » ou une « War Room » qui gère les opérations et la chaîne d’approvisionnement, les RH, les finances, les communications à l’interne comme à l’externe, et qui conseille la haute direction dans sa prise de décisions. Tout semble bien se passer jusqu’à maintenant —#ÇaVaBienAller—, considérant la situation extrême, et les impossibles prédictions sur le retour à la normale sont sur toutes les lèvres. Ce que l’on sait, c’est qu’il y aura assurément un retour à la normale après une massive injection d’argent gouvernemental dans l’économie.

Entrepreneurs/es et dirigeants/es, serez-vous prêts/es à positionner votre entreprise dans un raz-de-marée d’information d’après-crise ? 

Le positionnement des entreprises lors du retour à la normale déterminera comment les organisations sortiront de cette crise. Le positionnement est à la base des actifs intangibles que sont la confiance, la crédibilité, et la réputation; il représente ce que les clients et les parties prenantes comprennent et retiennent d’une entreprise. Il est donc temps pour les dirigeants/es d’organisations de planifier comment ils/elles souhaitent se positionner après la crise. 

Si votre équipe de communication ou vous-mêmes croyez que la confiance et la crédibilité ressenties par vos parties prenantes et clients s’effritent, sachez que des experts n’attendent que votre appel pour vous aider à y voir plus clair et à vous conseiller. Je travaille en gestion de crise et en relations publiques depuis plus de 20 ans et j’ai toujours répété que c’est dans le désordre qu’on fait de l’ordre. Il est alors grand temps de travailler sur vos actifs intangibles malmenés depuis le début de la crise, c’est une question de survie. C’est une question de communication vitale avec vos clients. Des actifs intangibles bien gérés représentent une grande valeur pour les investisseurs et créanciers, premières parties prenantes que vous appellerez après la crise.  

Toutes les agences de relations publiques peuvent vous aider à gérer une crise et elles le font très bien. Il est important de continuer le travail avec elles. Par contre, elles sont souvent généralistes. C’est pour cette raison que l’Institut de la crédibilité offre une méthode éprouvée pour construire, reconstruire et gérer la confiance et la crédibilité pendant et après une crise. L’Institut offre aussi un tableau de bord interactif accessible par tous les membres d’une équipe de travail. Le modèle d’affaires de l’Institut est de bonifier la stratégie élaborée par les agences de communication. Gérer la confiance et la crédibilité devient ainsi une valeur ajoutée aux services de communication que vous offrent votre agence de relations publiques. 

Chers gestionnaires, il est déjà temps de planifier l’après-crise, c’est une priorité de gestion durant une crise. 

Vous pensiez être crédibles ?

UNE ÉTUDE UNIQUE AU MONDE RÉALISÉE À MONTRÉAL
Faits saillants issus du mémoire de maîtrise de Stéphane Prud’homme

Publication originale de cet article en 2013.

1. La perspective de recherche

Comment un porte-parole peut-il être crédible et se démarquer auprès de ses publics cibles quand la population reçoit des centaines de messages par jour, voit et entend des dizaines de porte-parole ?

Comment pourrions-nous définir la crédibilité des porte-parole : sur quels critères pourrions-nous nous baser pour affirmer qu’un communicateur est crédible ? Quels facteurs de crédibilité contribuent à créer et à entretenir des relations de confiance avec les publics d’une organisation ? Pourrions-nous confirmer que la crédibilité se construit et se gère ? Telles sont les questions qui sont abordées dans cette étude.

Le but de ce recherche consiste principalement à comprendre la crédibilité par la théorie générale des systèmes et à déterminer les facteurs les plus significatifs pour la population, représentée par des échantillons lors de groupes focus.

Tout d’abord, il faut considérer la crédibilité d’un porte-parole comme le point central d’un système ouvert autour duquel gravitent, « en produisant et en consommant de l’énergie » sous forme d’échanges d’informations, des sous-systèmes. Ceux-ci sont reliés par des relations d’interdépendances constantes.

Le point central de ce système est composé de plusieurs facteurs de crédibilité qui s’interinfluencent. Chacun de ces facteurs est en relation soutenue bidirectionnelle avec chacune des composantes des sous-systèmes de l’ensemble que forme la crédibilité d’un porte-parole.

La réflexion et les réponses qu’apporte cette recherche sont d’une grande importance pour les porte-parole qui doivent informer les publics de l’organisation qu’ils représentent. Vous trouverez dans les propos qui suivent les faits saillants de cette étude unique au monde, entre autres les dix facteurs les plus importants de la crédibilité d’un porte-parole, selon la population.

2. Les dix normes de crédibilité des porte-parole : 

2.1 S’exprimer avec assurance et aisance – être préparé
2.2 Disponibilité – ouverture d’esprit – respect
2.3 Être en contrôle de soi – garder son calme
2.4 Authenticité – implication personnelle – conviction
2.5 Expertise – réputation
2.6 Véracité – transparence – exactitude – fidélité – cohérence
2.7 Identification au porte-parole – proximité – charisme
2.8 Clarté du message
2.9 Honnêteté – sincérité – franchise – impartialité – intégrité
2.10 Contenu du message

3. Conclusion

Par cette étude, nous tenions à identifier les facteurs de crédibilité d’un porte-parole, en analysant ses différentes composantes. Nous avons établi que la crédibilité d’un porte-parole est par essence très complexe. En fait, c’est dans la qualité de la relation qu’il établit avec ses publics qu’un porte-parole entretient sa crédibilité.

En résumé, on peut rappeler les facteurs de crédibilité pour les auteurs consultés et les comparer aux facteurs de crédibilité identifiés par les participants à notre étude, rencontrés en groupes focus.

Ainsi, les auteurs privilégient, comme facteurs de crédibilité (dans l’ordre) :

  • l’expertise,
  • la confiance,
  • l’honnêteté
  • la véracité.

La population a quant à elle déterminé les 10 critères de crédibilité suivants :

  • l’assurance et l’aisance à  communiquer,
  • la disponibilité, l’ouverture d’esprit et le respect,
  • le contrôle de soi,
  • l’authenticité,
  • la transparence,
  • l’honnêteté,
  • l’impartialité
  • l’intégrité,
  • la proximité entre le porte-parole et les publics
  • une conception congruente des messages à diffuser.

Faites confiance aux experts de la crédibilité : www.institutdelacredibilite.com
Stéphane Prud’homme www.credibility.is
Steve Flanagan www.flanaganrp.com | www.gestiondecrise.ca

Si le chef du marketing devient le chef de la croissance, le chef des communications devrait-il devenir le chef de l’intégration ?

Écrit par Paula Bernardino

Il y a quelques mois, j’ai lu un article sur les raisons pour lesquelles les entreprises se débarrassent du rôle de chef du marketing longtemps respecté. « Les entreprises consolident les tâches marketing avec des dirigeants qui ont des mandats plus larges et qui incluent souvent des fonctions commerciales et de vente telles que le développement de produits, la supervision des ventes au détail et plus encore », mentionne l’article. Et cela mène à la montée en puissance de nouveaux titres comme celui de « chef de la croissance ».  

Il y a dix jours, à la résidence MCM de l’Université McMaster de l’hiver 2020, j’ai écouté la conférencière invitée Chantal Broton, chef de la direction de Jan Kelly Communications, évoquer l’état actuel des postes de chef du marketing devenant des postes de « chef de la croissance ». Pour elle, ce changement est logique : « Le fondement du marketing n’est-il pas de faire croître les affaires? » dit-elle. En effet, ça l’est!

Cela m’a fait penser à un article que j’ai lu récemment de la Arthur Page Society intitulé « CEOs See Chief Communicator’s Role Expanding Across the Enterprise » (Les chefs de la direction sont témoins de l’élargissement du rôle du chef des communications à l’échelle de l’entreprise). Bien qu’il ne soit pas récent (publié en 2017), le contenu reste très pertinent en 2020. Comme indiqué dans l’image ci-dessous, les chefs de la direction perçoivent le chef des communications comme un communicateur tridimensionnel.

No alt text provided for this image
Source: Arthur W. Page Society

Ces trois dimensions sont toutes très importantes, mais pour moi, la plus importante est celle de « l’intégrateur » où les professionnels de la communication et des relations publiques peuvent jouer le plus grand rôle pour relever les défis de leur entreprise.

Les conclusions de l’article de la Arthur W. Page Society « The CEO View : Communications at the Center of the Enterprise » (2017) (Le point de vue du chef de la direction : les communications au centre de l’entreprise) ont démontré que les chefs de la direction considèrent le chef des communications comme un moteur clé du caractère de l’entreprise.

« Les chefs de la direction comptent de plus en plus sur les chefs des communications non seulement comme conseillers occasionnels, mais aussi en tant que leaders et contributeurs clés jouant un rôle essentiel aux côtés d’autres membres de la haute direction dans la création et la mise en œuvre d’une stratégie à l’échelle de l’entreprise. »

Selon le dictionnaire le Petit Robert, le terme « intégration » signifie la « coordination des activités de plusieurs organes, nécessaires à un fonctionnement harmonieux ». Cela m’a donc fait réfléchir : « Le fondement des communications et des relations publiques n’est-il pas d’intégrer différents concepts avec différents groupes de personnes? »

Par conséquent, le titre de chef des communications deviendra-t-il finalement celui de chef de l’intégration?


Vous pouvez lire le texte original de Paula ici
Suivre Paula sur LinkedIn et Twitter

If the CMO is becoming a CGO, should the CCO become a CIO?

Written by Paula Bernardino.

read an article a few months ago on why companies are ridding themselves of the long-respected chief marketing role. “Companies are consolidating marketing duties with executives who have broader mandates that often include sales and commercial functions such as product development, retail oversight and more,” mentioned the article. And this is leading to the rise of new titles such as “chief growth officer” (CGO).  

Ten days ago at the Winter 2020 McMaster University MCM Residency, I attended the talk with guest speaker Chantel Broten, Jan Kelley Communications CEO, where she addressed the current state of CMO positions becoming “chief growth officers”. To her, this change makes sense – “Isn’t the root of marketing to grow business?” she said. Indeed, it is!

This got me thinking about an article I read recently from the Arthur Page Society – “CEOs See Chief Communicator’s Role Expanding Across the Enterprise”. Although not recent (published in 2017), the content remains highly relevant in 2020. As indicated in the image below, CEOs see the CCO as a three-dimensional communicator.

No alt text provided for this image
Source: Arthur W. Page Society

These three dimensions are all very important, but for me, the most important one is “the integrator” one where communications and public relations professionals can play the biggest role when addressing their companies’ challenges.

Findings in the Arthur W. Page Society’s The CEO View: Communications at the Center of the Enterprise (2017) showed CEOs view the CCO as a key driver of corporate character.

“CEOs increasingly are relying on CCOs not just for occasional counsel and advice, but also as key leaders and contributors playing a critical role alongside other C-Suite members in creating and implementing company-wide strategy.”

According to the Cambridge dictionary:
“Integration: the action or process of combining two or more things in an effective way”. It thus got me thinking – “Isn’t the root of communications and public relations to integrate different concepts with different groups of people?”

Hence will the CCO title eventually change to CIO – chief integration officer?

#corporatecommunications #publicrelations #CMO #CGO #chiefcommunicationofficer #CCO


You can read the original Paula’s post here
Follow Paula on LinkedIn and Twitter

A French version will be posted soon.

L’Institut de la crédibilité prépare une révolution en gestion de la réputation

Communiqué

Montréal, le 24 janvier 2020 – Le président fondateur de l’Institut de la crédibilité (« Institut »), Stéphane Prud’homme, est fier d’annoncer que l’agence montréalaise est maintenant prête à partager des concepts, des modèles, et une méthodologie qui révolutionneront la gestion de la crédibilité des entreprises et de leurs dirigeants/es. L’ingénierie de la crédibilité ® est une méthode stratégique élaborée par l’Institut pour construire la crédibilité et l’évaluer par indicateurs de performance (KPIs), peu importe la taille ou l’envergure de ses clients. La méthode est entièrement documentée scientifiquement, aucune place n’est laissée à l’ambiguïté et à la subjectivité.

Dans un contexte mondial de fausses nouvelles, de mensonges et de populisme tordu, la crédibilité des individus et des organisations est mise à mal à une vitesse jamais vue dans les médias traditionnels et dans les médias socio-numériques. L’Institut vient combler un vide de connaissances et offrir une méthodologie, l’ingénierie de la crédibilité, pour construire et gérer la crédibilité de manière structurée. L’adaptabilité de cette méthode est un atout majeur. En fait, les utilisateurs peuvent bien sûr être des équipes de relations publiques et affaires publiques, mais aussi de communication financière et relations avec les investisseurs. De plus, notre méthode s’avère utile pour les avocats, leurs clients et témoins, les équipes de ventes, les conseillers en RH, les startups en recherche de financement et même les politiciens/ennes.

La crédibilité est un actif intangible puissant apprécié par les parties prenantes d’une entreprise, notamment les clients, les employés et les investisseurs. En fait, la crédibilité rend possible le dialogue. La crédibilité a aussi un impact majeur sur la réputation des entreprises et de leurs dirigeants, il a notamment été prouvé qu’il est impossible de gérer une réputation sans préalablement avoir travaillé sur la crédibilité.

« Oubliez à peu près tout ce que vous connaissez sur la crédibilité, je vous assure que vous n’aurez jamais rien vu de tel ! L’ingénierie de la crédibilité est entièrement documentée scientifiquement et s’adapte aux entreprises de toutes tailles peu importe le marché dans lequel elles évoluent. Notre méthode évalue aussi l’intangible,
un défi en communication. »  — Stéphane Prud’homme

L’Institut organise depuis le début janvier des formations (Lunch & Learn, demi-journée, journée, bootcamp pour dirigeants) dans des entreprises québécoises et offrira bientôt ses formations au Canada anglais et aux États-Unis.

L’Institut a également débuté un blog bilingue QuantumCrédibilité.com à travers lequel des collaborateurs/trices partageront leurs connaissances et leur expertise sur non seulement la confiance, la crédibilité, et la réputation, mais aussi sur la gestion d’enjeux, la gestion de crise, la responsabilité sociale, et le positionnement des dirigeants/es d’entreprise.

institutdelacredibilite.com

Credibility is a dialogue

Our first blog is a repost from the summer written by Stéphane Prud’homme.

Credibility is not only related to influence and persuasion, but rather to the action of informing, communicating, and being believed by one’s interlocutors. It is creating and maintaining a relationship of trust and sharing between the spokesperson and his/her audience.

It must be understood that credibility exists only according to a reflection, a perception, it does not exist alone, it originates in the mind of each member of an audience. The spokesperson is not credible because he/she thinks himself/herself credible, he is credible only if his/her audience perceives him/her to be credible. Members of an audience must trust him/her and feel respected.

Credibility does not equal efficiency. The credible spokesperson is keen to establish and maintain a relationship of trust and mutual understanding with audiences rather than being effective.

Stéphane Prud’homme

I mentioned “dialogue” because credibility is symmetrical bidirectional communication. The credible spokesperson demonstrates a great deal of flexibility, openness, and a constant concern for authenticity. To be credible, the spokesperson must know his/her strengths and weaknesses, because above all, he/she is a human being.

Finally, we must understand that credibility is built, managed and can be consolidated. Credibility is lived from day to day, it’s a way of living, whether you choose to live or not. The consolidation of credibility is a long-term and arduous process, it positively contributes to the relationships of trust and sharing that are desired between a spokesperson and his/her audience.

All rights reserved – 2019
www.credibilityinstitute.com

La crédibilité est un dialogue

Notre premier blog est une republication de cet été écrit par Stéphane Prud’homme.

La crédibilité n’est pas seulement reliée à l’influence et à la persuasion mais plutôt à l’action d’informer, de communiquer, de dialoguer, et d’être cru par ses interlocuteurs. C’est créer et maintenir une relation de confiance et de partage entre le porte-parole et ses publics.

Il faut comprendre que la crédibilité n’existe qu’en fonction d’une réflexion, d’une perception, elle n’existe pas toute seule, elle prend naissance dans la tête de chacun des membres d’un public. Le porte-parole n’est pas crédible parce qu’il se trouve crédible, il n’est crédible que si son public le perçoit comme étant crédible. Les membres d’un public doivent avoir confiance en lui et se sentir respectés.

Crédibilité n’égale pas efficacité. Le porte-parole crédible tient sincèrement à établir et à maintenir une relation de confiance et de compréhension mutuelles avec ses publics plutôt qu’à être efficace.

Stéphane Prud’homme

J’ai mentionné « dialogue » parce que la crédibilité, c’est une communication bidirectionnelle symétrique. Le porte-parole crédible fait preuve d’une grande souplesse, d’une ouverture d’esprit en ayant un souci permanent d’authenticité. Pour être crédible, le porte-parole doit connaître ses forces et ses faiblesses, parce qu’avant tout, il est un être humain.

Enfin, il faut comprendre que la crédibilité est construite, gérée et peut être consolidée, mais elle n’est surtout pas gagnée. La crédibilité se vit au jour le jour, c’est un mode de vie, que l’on choisit de vivre ou non. La consolidation de la crédibilité est une démarche ardue et à long terme, qui contribue positivement aux relations de confiance et de partage que l’on souhaite entre un porte-parole et ses publics.

Tous droits réservés – 2019
www.institutdelacredibilite.com